L’amphi A du District de l’Université Félix Houphouët Boigny a abrité le forum organisé par l’UNESCO sur la problématique de l’alphabétisation par les TIC, les lundi 03 et mardi 04 décembre 2018.

UNESCO_Forum_Alphatic_031218 4.JPG

Suivant les Objectifs de Développement Durable, notamment en leur point 4 (ODD 4) en l’occurrence, « D’ici à 2030, veiller à ce que tous les jeunes et une proportion considérable d’adultes, hommes et femmes, sachent lire, écrire et compter », l’UNESCO, au travers de ce forum, vise à promouvoir, avec l’appui de ses partenaires, notamment les Ministères de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur, Nestlé CI et la  fondation MTN, l’alphabétisation massive des populations, en fédérant les actions dans ce sens.

Ainsi, l’objectif de ce forum réunissant les acteurs de l’alphabétisation est de consolider les acquis en matière d’alphabétisation et de formuler un plaidoyer fondé sur les perspectives de l’alphabétisation comme un important levier de développement.

Débutée à 10h, la cérémonie d’ouverture dudit atelier a vu la participation de différentes personnalités au nombre desquelles M. Ydo Yao, Directeur régional de l’UNESCO, M. Sara , conseiller technique au Ministère de l’Education nationale et de l’enseignement technique (MENET), représentant Mme le ministre, Kandia Camara, le représentant du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la recherche scientifique, Mme Patricia Ekaba, chargée de communication à Nestlé Côte d’Ivoire, prof. Abou Karamoko, président de l’université FHB de Cocody. D’autres présidents d’universités étaient présents à cette cérémonie, à savoir ceux des Universités Nangui Abrogoua d’Abobo-Adjamé, Lorougnon Guédé de Daloa, etc.

UNESCO_Forum_Alphatic_031218

D’entrée de jeu, le Prof. Abou KARAMOKO dont l’institution accueillait les réflexions a souhaité la bienvenue à tous les participants, notamment à ses homologues présidents d’universités. La présence massive de ceux-ci, a-t-il noté, traduit à quel point l’UNESCO, c’est l’affaire de tous. Pour lui, la problématique de l’alphabétisation, notamment par les TIC, est une exigence de nos jours. C’est pour cette raison qu’il a souhaité de fructueux travaux à tous les participants.

A l’allocution du prof. Karamoko, a fait suite celle de M. Ydo Yao, Directeur régional de l’UNESCO. D’entrée de jeu, il a remercié, au nom de l’UNESCO, toutes les personnes ayant effectué le déplacement et félicité Mme le ministre de l’éducation nationale pour son appui continu, en particulier à travers la Direction de l’Alphabétisation et de l’Education Non Formelle (DAENF). Il l’a aussi remerciée pour ce partenariat qui a permis le développement et la mise en œuvre de plusieurs projets d’éducation, dont celui de « l’Alphabétisation par le numérique, des commerçantes de Port-Bouët et de Yopougon». Il a par ailleurs traduit sa reconnaissance aux partenaires privés, tels que NESTLE CI, TK-Consulting, ONG-GATHIC et BNA-DEV Studio qui ont aidé à la conception et la mise en œuvre de l’Outil « Alphatic ».

UNESCO_Forum_Alphatic_031218 2

Dans la suite de son allocution, M. Ydo Yao a encouragé tous les acteurs, notamment les étudiants présents à cette cérémonie – majoritairement issus de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) d’Abidjan – à s’investir davantage dans ce combat noble pour repousser les limites de l’analphabétisme. En effet, ce fléau est fatal, car, a-t-il souligné, « la carte mondiale de la pauvreté se confond avec la carte mondiale de l’analphabétisme ». L’Afrique culmine à 40%, avec des disparités notoires. A titre d’exemple, le Burkina Faso, le Mali, le Niger, le Tchad et la Guinée se situent dans l’ordre de 70% d’analphabétisme. La solution, a-t-il conclu réside dans la promotion des TIC comme support à l’alphabétisation. Il a ajouté que l’an dernier, l’UNESCO, avec l’action combinée de ses partenaires, a formé environ 260 femmes, commerçantes au marché de Port-Bouët. Pour cette année, ce sont les femmes de la commune de Yopougon qui bénéficient de ce programme. L’année prochaine verra le tour des femmes d’Abobo. M. Yao a terminé en notant que l’UNESCO œuvre aussi afin que l’alphabétisation se fasse aussi dans les langues locales.

A sa suite, M. Sara Assane, conseiller technique, représentant de Mme le ministre de l’éducation nationale et de l’enseignement technique a à son tour remercié les participants pour leur présence, et en particulier l’UNESCO, un partenaire sûr dans la mise en œuvre des programmes d’éducation. Il a relevé que le ministère auquel il appartient est totalement en phase avec la vision de l’UNESCO. Cela se traduit, selon ses termes, par la mise en place de la Direction de l’Alphabétisation et de l’Education Non Formelle (DAENF). Pour lui, l’alphabétisation par le numérique est un levier important et incontournable. 

Tout en souhaitant qu’il contribue à l’Ecriture de l’histoire nouvelle de l’alphabétisation par les TIC, M. Assane a, au nom de Mme le Ministre de l’éducation nationale, déclaré ouvert ce forum.

 

Cédric Marshall KISSY

Publicités